Balade botano-voltaïque

Les projets photovoltaiques de Colombe

Les deux projets se situent sur des parcelles agricoles. L’un couvre environ 7,7 ha, l’autre 4,7 ha, l’ensemble des terres appartiennent à des particuliers, et sont promises à un projet photovoltaïque depuis le PLU (plan local d’urbanisme) de 2011.

Ils sont situés au centre de la commune de Garde-Colombe, au nord du bourg d’Eyguians, le long de la D 250 (route de Colombe), en dessous du hameau de Colombe.

Nous découvrirons tout cela lors de notre balade botano-voltaïque.

Nous parlerons de l’importance de ces terres agricoles, à l’heure où l’on parle de manger local et où tant de jeunes agriculteurs peinent à trouver des terres. Nous parlerons aussi de la problématique très particulière du développement des énergies renouvelables en PACA.

Le photovoltaïque dans le Buech

Les installations industrielles de capteurs solaires se développent dans le Buech et les Alpes du Sud, discrètement, mais à très grande vitesse. Ce sont des grandes sociétés qui profitent des conditions exceptionnellement favorables qui leur sont offertes ici : foncier bon marché, bon ensoleillement, bonne « acceptabilité sociale ». Et parce c’est plus rentable, ces investissements sont réalisés sur des forêts, des terrains naturels, forestiers ou agricoles, plutôt que sur des terrains déjà artificialisés (comme les toits, les parkings, etc).

N’y a-t-il pas incohérence à vouloir lutter contre le changement climatique et ses conséquences sur la biodiversité, par des installations d’énergie renouvelable artificialisant terres agricoles ou forestières ?

Nous pensons qu’ «un autre photovoltaïque est possible », centré sur des démarches participatives citoyennes, associant l’indispensable recherche de sobriété et respectant les  espaces naturels et forestiers ou agricoles.

A l’occasion de cette visite nous poursuivrons la cartographie participative des projets photovoltaïques dans le Buech, outil qui sera utile pour être bien informés et mutualiser nos moyens d’action.

Nous faisons partie du CCAPAS (Collectif Citoyen pour un autre Photovoltaïque dans les Alpes du Sud), qui regroupe autour d’un Manifeste une quinzaine d’associations du 04, du 05 et Nationales qui partagent nos préoccupations et notre volonté de défendre « un commun que nous voulons continuer à partager avec le reste du monde vivant ».

Pour nous rejoindre : ccapas@etik.com

Cette journée se déroulera en extérieur. Repas partagé au Riou après la balade.

Securité Sociale de l’Alimentation

Mercredi 1er Juin 16h30/18h30

à la salle des fêtes Eyguians Garde-Colombe

La sécurité Sociale de l’Alimentation

De quoi s’agit-il ?  Pourquoi c’est  utile ?  Qui peut faire quoi ?

16H30 -18h15 : Lecture collective (arpentage) du livre pour ceux et celles qui ont envie de plonger au cœur des propositions. 

18h30 : Accueil et Présentation de la Sécurité Sociale de l’Alimentation,
Vers un système alimentaire libre et juste pour tous et toutes, travailleurs consommateurs, où on mange à sa faim, on ne détruit pas la terre et on n’exploite personne.

               Echanges et discussions  autour d’expériences en cours …

20h15 : Brèves du Buech et Repas partagé

Cette  soirée sera animée   par Kévin Certenais co-auteur avec Laura Petersell du livre Régime général, pour une sécurité sociale de l’alimentation (Riot édition, 2021, 10€)

Dans un monde où bien s’alimenter  devient un privilège, où les conditions de production et de distribution des produits alimentaires  sont presque  exclusivement   dictées par l’agro-industrie, il est  indispensable et urgent d’inventer un nouveau modèle économique, écologique et social ». Le Conseil National de la Résistance en 45 avait pu définir un  Droit à la santé et créer la Sécurité Sociale; Aujourd’hui il s’agit de réfléchir et construire une Sécurité sociale de l’alimentation  définissant un  Droit à l’alimentation saine pour touset permettant aux producteurs locaux  une juste rémunération de leur travail.

Y seront évoquées des réalisations concrètes, portées ici et là par des citoyens, des élus, et qui peuvent nous inspirer. Et  si possible aussi les démarches en cours du Plan alimentaire territoriale  (PAT).

Le but de cette soirée sera donc d’amorcer une réflexion  sur ce thème et, nous l’espérons, de nous projeter vers des initiatives locales pour un futur désirable !

A propos du livre Régime Général

Le livre observe notre système alimentaire (production, transformation, distribution, consommation) sous toutes ses coutures et propose de se lever de table pour renverser l’ordre établi… Son propos se déploie autour de cinq axes : travail, propriété, gouvernance, investissement et finalités. Il ébauche une proposition de Sécurité sociale de l’alimentation et rend ainsi tangible et désirable un système alimentaire dans lequel on travaille, mange et boit de manière libre et juste.

en savoir plus : https://securite-sociale-alimentation.org/les-dynamiques-locales/charte-des-initiatives-locales/

Participation libre

Organisé par le collectif « Soupes et Bobines » 

Pour vous inscrire et recevoir directement les infos:

https://soupesetbobinesblog.wordpress.com/           ou  par courriel :  soupesetbobines@orange.fr

---
To unsubscribe: <mailto:soupesetbobines-unsubscribe@lists.riseup.net>
List help: <https://riseup.net/lists>

la soirée du 11/06 « pour la vie »

Ce fût une bien belle soirée!

un grand plaisir de se retrouver.

Merci au collectif de Champ Jouvent pour son accueil.

Un grand plaisir d’innover des conditions différentes

qui nous ont permis l’élaboration collective d’une fresque pour souhaiter la bienvenue à la délégation zapatiste,

qui ont donné un cadre splendide à la CAB ( chorale autogérée du Buëch)

ainsi qu’aux lectures de textes et récits de contes zapatistes. Merci à tous ces artistes !

La partie informative de la soirée a elle aussi été riche ( merci à Cédric de Radio Zinzine ainsi qu’ à Mathilde et Amélie qui nous ont fait vivre leur séjour au Chiapas lors des rencontres des femmes)

et un repas partagé sous la tonnelle…on a apprécié ces moments devenus si rares.

Et merci à tous de votre participation. La soirée a permis d’engranger quelques pépettes qui iront droit dans les caisses de soutien à la délégation.

Quelques photos de la soirée ( merci à Jean-Baptiste et à Guillaume ) et le petit mot de JBaptiste:

Bonjour
voici quelques photos d’une très belle soirée. Si  » Soupes et bobines s’impatientait de vivre un evenement fort de retrouvalles, de reflexion et de fête…ça nous a été donné. Une soirée exceptionnelle qui ouvre d’autres possibles ! et nous ne pleurerons pas sur l’impossibilité momentanée de n’avoir pas pu organiser un « redemarage » dans la salle polyvalente. Champ Jouvent et la chouette équipe qui y vit et nous accueillait offre un cadre  exceptionnel.J’ai voulu rentrer avant 23h pour finir de preparer la journée un peu chargée d’aujourd’hui et il manque bien sûr  quelques photos de la partie chaleureuse  » bière et brochettes » !
Très cordialement et un grand merci

Jean Baptiste

une montagne en haute mer

Bonjour,  dans le cadre du Cycle « Des soupes et des bobines » interrompu quelques temps,

Vous êtes invités,

Vendredi 11 Juin 18h30 à Champ Jouvent,

Lagrand Garde-Colombe

«Une Montagne en Haute Mer»

Les Zapatistes en Europe: les raisons d’un voyage?

18h30 : Accueil et  retrouvailles en extérieur.

             Petites vidéos. Lectures de lettres Zapatistes. Stands

CAB ( chorale autogérée du Buëch) pour quelques chansons

19h30 : Témoignages sur l’expérience et les luttes Zapatistes

Passage de la caravane Zapatiste dans les Hautes alpes : pourquoi ?       Comment ?

21h :    Brèves du Buech, repas, partage. Et nous dans le Buech ?

Pour aller à Champ Jouvent, depuis les feux de Garde-Colombe, prendre la direction d’Orpierre sur 2 km ; puis prendre la route à droite Direction « le coq à l’âne » sur 500m ; c’est là !

Cette soirée se déroulera principalement en extérieur, repas partagé, dans le respect mutuel de notre santé. Pensez à amener une petite laine et si possible un siège !

Participation libre en soutien à la tournée zapatiste en Europe.

Dans l’état du Chiapas, au Mexique, depuis plus de 25 ans  une rébellion indigène Zapatiste s’est organisée sur un territoire grand comme la Belgique, et mène une expérience originale combinant autodéfense, autonomie de gestion du territoire et démocratie, mettant en application les « 7 principes de bon gouvernement » (notamment ; « commander en obéissant », « Servir et non se servir », « Convaincre et non vaincre », « Représenter, non supplanter », « Proposer et non imposer »)…Principes dont nos sociétés pourraient s’inspirer!

A plusieurs reprises ils ont organisé des rencontres internationales sur leur territoire  afin de partager leur expérience, tisser de liens, et transmettre une inspiration nouvelle révolutionnaire et poétique. Pour la première fois une délégation Zapatiste, composée de plus de cent personnes, principalement des femmes, sillonnera l’Europe de juillet à octobre  2021, à la rencontre des résistances, « en bas à gauche », « de ce qui nous rend égaux », pour échanger, tisser des alliances et partager des projets communs : la défense de la vie, l’autonomie concrète et le combat contre toutes les formes de domination : « Face aux murs et frontières, notre navigation collective… Face à la destruction de la planète, une montagne naviguant  au point du jour ».

Le « voyage pour la vie » a commencé.

A la sortie du confinement Soupes et Bobines propose de s’y joindre.

Cette soirée nous permettra :

– de (re)découvrir cette histoire mexicaine récente, ces principes de l’autonomie et de bon gouvernement reliés à une véritable révolution féministe, 

– d’entendre les témoignages de celles et ceux qui se sont rendus au Chiapas, et notamment à la rencontre des femmes de 2019.

– Et aussi d’imaginer le soutien et la mobilisation nécessaire  lors du passage de cette caravane dans le Sud de la France.

La participation libre à cette soirée  sera destinée à la prise en charge des frais de la tournée zapatiste en Europe. Vous pouvez aussi participer via une cagnotte en ligne : https://www.helloasso.com/associations/une-montagne-en-haute-mer/collectes/la-route-pour-la-vie-2021

A bientôt de nous retrouver,

Le collectif « soupes et bobines »

__________________________________________________________________________

pour s’informer

sur le voyage

Le récit du périple européen se fait en bande dessinée publiée chaque semaine sur un site différent .

épisode 1

épisode 2

épisode3

Tous les épisodes seront aussi rassemblés sur un blog de Médiapart ICI

privatiser les barrages ?

Dans le contexte des Privatisations accélérées des biens publics, nous sommes très directement concernés par la privatisation programmée de l’exploitation du Barrage de Serre Ponçon (*) .

Cette soirée propose de visionner ensemble le Film « barrages»  en présence  de Emmanuel Paquet, hydrologue, spécialiste de la sûreté des barrages et militant Sud-Energie, qui est aussi l’un des protagoniste du film.

Le but est de mieux comprendre  les enjeux et les risques de la privatisation des barrages sur le plan de l’énergie, de la ressource et des usages de l’eau, de la qualité des rivières et de la sécurité.

Nous échangerons ensuite sur des mobilisations en cours dans le Buech sur des projets relatifs à l’énergie.

(*) EDF gère directement 85 % des 433 concessions du pays (1 ou plusieurs barrages relié.s à une même centrale électrique). Les 150 plus grands barrages (plus de 20 mètres de haut) vont être privatisés d’ici 2022. C’est l’équivalent d’une puissance électrique de 4.3 GW, soit trois réacteurs nucléaires nouvelle-génération. L’ensemble des barrages (20 GW) devraient être privatisés d’ici 2050.  Les appels d’offres ont déjà commencé.

A propos du film « Barrages – l’eau sous haute tension»

de Nicolas Ubelmann (Documentaire, France 2019, 1h20)

Qui peut se passer d’électricité dans le monde d’aujourd’hui ? Alors que l’électricité est devenue une énergie vitale il se pourrait que la lumière s’éteigne. La Commission Européenne a mis en demeure la France pour qu’elle ouvre à la concurrence un tiers de ses grands barrages hydrauliques, gérés jusque-là par EDF. Dénoncée par un grand nombre de députés, d’ingénieurs, d’économistes et de syndicats, et des habitants, cette décision pourrait entrainer de nombreux problèmes économiques, écologiques et sécuritaires. Alors quels sont les enjeux de cette ouverture à la concurrence ? Qu’avons-nous à y gagner et qu’avons-nous à y perdre ?

« Quand tout sera privé on sera privé de tout ! »

manger bio et local, la suite


Soirée du 14/02/2020 à Eyguians :  » Produire et Manger bio et local : la suite! »

Quels projets pour aller vers l’autonomie alimentaire dans le Buëch?

Retour sur la première soirée du 22/11/2019 et ses enseignements

Une centaine de personnes ont répondu à l’invitation de Soupes et Bobines de débattre sur les questions d »alimentation dans le Buech, « de la fourche à l’assiette ». Cette soirée, introduite par les témoignages du projet Biovallée (communauté de communes du Val de Drôme) et du Groupe de recherche action sur la relocalisation alimentaire dans le nord du 05, a montré que :

  1. de nombreuses initiatives, existent, ou ont existé : jardins du Buëch, maraichers individuels ou collectifs, magasin de producteurs de Mison, Buëch Cooper actif à Veynes et Aspremont, camionnette, Court circuit Buëch – Méouge, etc… Une « cartographie » de ces initiatives permettrait d’améliorer leur visibilité et favoriser leur mise en lien.
  2. la question de la restauration collective est un sujet transversal, qui concerne tous les acteurs (producteurs, citoyens, élus, parents d’élèves, cuisiniers, enseignants…), est un moyen privilégié pour aborder les questions d’alimentation.
  3. des ressources (techniques, financières) existent pour avancer : ProjetAlimentaire Territorial porté par le Parc naturel régional des Baronnies provençales ; programme de lutte contre le gaspillage alimentaire porté par la Communauté de communes Sisteron Buëch ; programme européen LEADER :; ainsi que des retours d’expériences collectés et mis en forme pour être portés auprès des citoyens et des élus (Pacte pour la transition).
  4. le lien transversal amorcé entre les projets doit être poursuivi et approfondi, par exemple dans le cadre d’un collectif d’acteurs qui pourrait être un point d’appui pour créer de la synergie entre les projets, faciliter l’information, améliorer le lien avec les programmes portés par les collectivités.

Pour en savoir plus :

https://soupesetbobinesblog.wordpress.com/compte-rendu-soire-autonomie-alimentaire-v2/

Une seconde soirée pour approfondir le sujet de l’alimentation dans le Buëch :

18h30 : « cartographie » des lieux et des projets liés à l’alimentation locale (groupements de producteurs, de consommateurs, projets de restauration locale, magasins…)

19h : présentation des programmes engagées par le Parc naturel régional (Programme Alimentaire Territorial) et par la Communauté de communes (gaspillage alimentaire), et sur leurs perspectives ; discussion sur leur traduction dans le Buëch (financement de projets, appui en ingénierie, …)

19h45 : pause Soupes (ou pas…?)

19h45 ou 20h45 : Travail en ateliers

Chaque atelier cherchera à identifier une ou plusieurs questions (problèmes), des pistes de solutions (projets, actions à entreprendre), et les partenaires à mobiliser. Il débutera par des témoignages (liste provisoire et citée à titre indicatif).

Pour chaque atelier : un secrétaire (compte rendu écrit des conclusions) et un rapporteur : 45′ de débat, 15′ de formulation collective des conclusions (questions, solutions, projets)

1. Aller vers plus de produits bio ou locaux dans la restauration collective

Apports du Parc des Baronnies, de la com com, des enseignants

2. Améliorer les échanges entre producteurs et consommateurs

Apports sur l’expérience du marché de producteurs de Laragne il y a 10 ans, sur l’association court circuit Buëch Méouge

3. Permettre à toute la population d’accéder à une alimentation saine et de qualité

Apports de l’association Familles Rurales avec leur projet : « Informer, encourager les familles à participer activement à l’autonomie alimentaire et solidaire dans la vallée du Buëch »

20h45 (ou 21h45) : synthèse

Mise en commun des travaux d’atelier (rapporteurs)

Conclusion de la soirée

22h : fin de la soirée

________________________________________________________________________

compte-rendu de la soirée à venir…..

et pour patienter :

élections municipales …et après

Dans un contexte où la défiance et le rejet des élus est élevé, les élections municipales et intercommunales, elles, restent capables de mobiliser les citoyens qui gardent une certaine confiance dans leurs élus de proximité. Elles peuvent, être pour nos villages un moment d’expression démocratique, de partage de convictions, de souhaits.

C’est un temps pour peser sur les engagements des candidats, ou pour

s’engager directement, et influer sur l’exercice de la démocratie. Et la faire évoluer.

Cette soirée aura pour objectif de :

– Transmettre des informations précises sur le rôle, les responsabilités et le champ d’action des maires et des conseils municipaux, en faisant la part du « réglementaire » et de « l’action politique », et mieux comprendre l’intercommunalité et ses évolutions : rôle des élus locaux et des citoyens.

– Echanger des idées, des pistes et des témoignages sur des formes de participation des citoyens à la vie politique locale.

– Réfléchir ensemble à comment renforcer nos capacités d’interpellation des futurs élus et être force de propositions

Nos invités

Nous serons aidés pour cela par Bruno DETRIE Consultant auprès des collectivités locales et par Lisa GIACHINO, du journal « l’ÂGE DE FAIRE ».

Bruno Detrie – Implanté à Grenoble, titulaire d’une maitrise de droit public, il est consultant en communication publique territoriale. Il accompagne les collectivités territoriales, les services publics, les entreprises et les associations dans leurs démarches de communication. http://www.bruno- detrie.com

Lisa Giachino – journaliste et directrice de l’Âge de faire, un journal qui « témoigne des expériences alternatives en matière de réappropriation de l’économie, de création de lien social, d’écologie et d’engagement citoyen. » dont le numéro d’octobre 2019 « vive la commune » porte sur les élections municipales. https://lagedefaire-lejournal.fr/tous-maires-vive-la-commune/

SUITE A LA SOIREE

compte-rendu

Une soixantaine de personnes étaient présentes à Eyguians Garde Colombe ce vendredi 24 janvier pour une soirée « soupes et bobines » dont le titre était : « élections municipales…et après »… tout un programme ! Pour aborder ce sujet d’actualité, le collectif avait invité Bruno Detrie, consultant auprès des collectivités locales, et Lisa Giachino, directrice du journal « l’âge de faire » dont le numéro d’octobre « vive la commune » porte sur les élections municipales. https://lagedefaire-lejournal.fr/tous-maires-vive-la-commune/.

Parmi les participants, une dizaine d’élus ou d’anciens élus locaux, une vingtaine de personnes qui envisagent de présenter leur candidature aux prochaines élections municipales et beaucoup de citoyens venus pour certains des départements voisins. Et pourtant, peu d’élus locaux, peu de Laragnais

Le but de la soirée était : « Dans un contexte où la défiance et le rejet des élus est élevé, les élections municipales et intercommunales, elles, restent capables de mobiliser les citoyens qui gardent une certaine confiance dans leurs élus de proximité. Elles peuvent, être pour nos villages un moment d’expression démocratique, de partage de convictions, de souhaits. C’est un temps pour  peser sur les engagements  des candidats, ou pour s’engager directement, et influer sur l’exercice de la démocratie. Et la faire évoluer dans le sens d’une plus forte participation citoyenne aux décisions sur la vie locale. »

Dans une première partie Bruno Detrie a détaillé l’historique des communes (depuis 1884) et de l’intercommunalité (plus récente), rappelé leurs rôles et leurs modes de fonctionnement. Il a insisté sur le fait qu’il convient de faire la part du « réglementaire » et de « l’action politique » dans le fonctionnement des communes et de l’intercommunalité, et précisé les marges de manœuvre assez larges dont disposent les élus dans les cadres établis.

présentation de Bruno Détrie

Ont également été rappelés l’agenda et les conditions des prochaines élections municipales  des 15 et 22 mars 2020 :

Tout ressortissant de l’UE de plus de 18 ans (au jour des élections) peut s’inscrire sur les listes électorales jusqu’au 7 février.

Toute candidature doit être déposée avant le 27 février 18h

Les candidats doivent être ressortissants de l’UE, avoir plus de 18 ans et satisfaire à certaines conditions définies.

Dans la seconde partie, se sont succédés témoignages, explications et échanges, notamment sur les conditions de participation des citoyens aux décisions qui concernent la vie de la commune et de l’intercommunalité, et cela jusqu’à l’heure où la soupe était proposée.

Plusieurs constats ressortent de ces échanges très denses, parfois passionnés :

> Les élections municipales ne laissent pas indifférents ; pour les citoyens présents, engagés ou non dans des listes électorales, la vie municipale est perçue comme un lieu d’engagement politique essentiel, où il est possible et utile d’agir. Toutefois, nombreux sont ceux qui ont vécu des expériences décevantes lorsqu’ils se sont approchés du pouvoir municipal.

> Des exemples intéressants où la participation citoyenne a été encouragée ont été évoqués : Saillans, Grenoble, Eourres. On y a parlé des avancées mais aussi des difficultés rencontrées dans ces expériences.

> Des projets d’initiatives ou de listes citoyennes où la participation est au cœur de l’action ont été présentés par leurs protagonistes : à Rosans où un collectif œuvre pour obtenir l’engagement des habitants, Château Arnoux (liste CASA), Sisteron (collectif Universisteron); mais d’autres existent dans les AHP comme à Forcalquier, Seyne les Alpes, Manosque, ou Barcelonette.

> Une initiative nationale regroupant 50 ONG a permis d’élaborer le Pacte pour la transition, qui est un cadre composé de 32 mesures précises sur lesquelles s’appuyer pour établir un plan de transition municipal ou pour proposer ces mesures aux candidats. Chacun peut adapter ce pacte à sa commune. https://www.pacte-transition.org/ . Un projet d’adaptation local (05300) a été évoqué, des informations peuvent être demandées sur projetpacte05300@gmail.com.

> Le mouvement « la belle démocratie » a pris un bel essor depuis l’expérience de Saillans.

http://labelledemocratie.fr/

> Quelques autres sites utiles ont été présentés comme riches sources d’information:

https://www.localos.fr/

> Le manque d’information, et de concertation entre les élus et les habitants ont été dénoncés au travers de nombreux exemples où, a-t-il été dit, ici comme ailleurs, « les élus cherchent trop souvent à faire en catimini ce qu’ils ont peur de voir contesté par les habitants » : l’exemple de la Roche des arnauds où se prépare le projet de 7 ha de panneaux photovoltaiques sur une forêt, ou encore le cas de la commune de Méreuil avec le devenir de l’ancien centre d’alcoologie, ont été présentés rapidement.

> Le niveau de l’intercommunalité est important de par les compétences qui lui sont attribuées. Mais de nombreux témoignages déplorent le déficit démocratique qui y prévaut. Bien sûr on a parlé de la communauté de commune sisteronnais buech (CCSB) dont nombre de participants ont déploré son gigantisme (l’une des plus grandes du pays), son centralisme, les ordres du jour pléthoriques du conseil communautaire, les informations données tardivement aux élus. « S’il on avait cherché à éloigner les citoyens des affaires locales on ne s’y serait pas pris autrement !» dit l’un, «tout est happé par Sisteron ! » regrette un autre, « et pendant ce temps-là, tous les services publics disparaissent : les postes, les trains, les services hospitaliers ! » conclut un dernier.

> la CCSB compte (sauf erreur) 56 communes et 93 conseillers pour les représenter au conseil communautaire, dont 13 de Sisteron, 8 de Laragne et 3 pour quelques villes de plus petite importance ; il a été souligné qu’il était possible pour les petites communes, si elles s’unissent, de défendre leurs positions et les besoins propres à leur spécificité rurale ; le travail en commission qui s’y fait « demande beaucoup de travail mais peut être payant ».

> La Communauté de communes Buech Devoluy ne semble pas en reste pour le mécontentement que soulève son mode de gouvernance : en effet « il est difficile, lorsqu’on est un élu d’une petite commune de s’opposer au président de la CCBD lorsque celui-ci est aussi président du Conseil départemental et donc décisionnaire de l’attribution des aides du CD dont la commune peut avoir besoin. » fait observer un participant.

>… Et il ne semble pas que le conseil de développement lorsqu’il existe soit une réponse suffisante pour pallier au déficit de démocratie dont témoignent les participants.

> Au fil des réformes on a observé le rétrécissement des prérogatives de la commune au détriment de la communauté de commune. Le regroupement de certains services ou activités peut avoir des effets bénéfiques mais ce qui se constate et se déplore avant tout est la perte de pouvoir des communes et surtout l’absence d’information et de participation citoyenne aux décisions qui sont prises.

> Pour assurer une plus grande transparence et une meilleure pratique participative dans le travail de la communauté de communes, il est fait deux propositions simples : que les décisions ne soient pas prises avant délibération dans chaque conseil municipal et que les votes en conseil communautaire soient faits à bulletin secret.

> Il a été souligné le fait que les premières semaines de l’intercommunalité sont très importantes : c’est là dans les premières séances que se met en place la gouvernance de la communauté de communes, « il incombe alors aux délégués de faire évoluer le règlement intérieur de la communauté de commune et d’élaborer un véritable projet communautaire »

Les élus locaux, invités personnellement à cette soirée, et les futurs candidats du Buëch qui ont participé à cette soirée, ont pris la mesure du grand capital de sympathie que portent les habitants du Buëch à l’égard de la fonction d’élu local, et de leur forte attente à voir évoluer les conditions de la participation des citoyens aux affaires communales et intercommunales.

Bruno Detrie conclut en rappelant un principe, simple mais trop souvent négligé :

« Pour des relations municipales et intercommunales harmonieuses, avant même de chercher à faire participer les habitants à la vie municipale, il faut informer et communiquer : donner les informations, les expliquer, en discuter… » Tout un programme ? Peut-être pas, mais voilà déjà un bon début !

Une autre soirée serait nécessaire pour faire ce qui était initialement prévu en seconde partie et qui n’a pas pu, faute de temps se réaliser : expérimenter l’élaboration d’un programme idéal dont pourraient s’emparer ensuite les candidats ou les citoyens…

(A suivre donc !)

recapitulatif des liens vers les sites qui parlent de democratie locale avec différentes orientations, des colibris aux municipalisme….

https://populaction.com Le but de Populaction.com est de transmettre une information porteuse d’espoir mais cependant beaucoup trop ignorée. Populaction.com recensera des expériences et des témoignages qui montrent que si nous le voulions, nous pourrions changer l’état de marche du monde, pacifiquement et rationnellement  : en nous ressaisissant de notre pouvoir politique – de notre pouvoir de décision sur notre propre vie et sur les affaires communes -, par le biais d’assemblées d’habitants, en discutant et décidant ensemble de ce que nous voulons pour nous-mêmes et pour nos enfants, à tous les niveaux (travail, logement, santé, éducation…), et pour notre terre.

http://labelledemocratie.fr/

Engagement citoyen, démocratie participative, gouvernance partagée, recours aux outils d’intelligence collective pour co-construire les projets, transparence des débats, écoute mutuelle, bienveillance, convivialité et… impertinence. 

La Belle Démocratie veut montrer que chacun, en particulier au niveau local, peut apporter sa pierre au renouveau de l’édifice commun en levant les blocages et en dépassant les oppositions qui continuent encore trop souvent de s’attacher à la façon de faire de la politique.

NOTRE RAISON D’ÊTRE

La Belle Démocratie a définit collectivement deux raisons d’être, lors de la réunion plénière de Crest les 26 et 27 mai 2018 :

– une générale et valable pour le temps long : “Agir pour l’appropriation citoyenne directe du pouvoir politique” ;

– une spécifique en vue des élections municipales de 2020 : “Déclencher le maximum de listes participatives “Label Démocratie” en vue des élections municipales de 2020.”

https://www.localos.fr/

En route vers l’utopie créative et réaliste !Les Localos souhaitent s’adresser – au-delà des disciplines, secteurs et domaines -, à l’ensemble des forces en présence sur un territoire ayant la volonté de s’inscrire dans la transition écologique et de construire des démarches de développement local.

https://sosmaires.org

Nous sommes tout simplement un groupe de citoyens engagés qui pensent  que les structures bancaires,  commerciales et économiques (nous parlons des différents réseaux)  peuvent s’effondrer d’une manière extrêmement rapide à la suite d’une crise financière ou événements géopolitiques extérieurs ou intérieurs ( qui ont pourtant été signalés par différents économistes de renom ), ayant pour effet d’isoler totalement les communes rurales pour un temps indéterminé.

De ce constat nous avons créé ce groupe dans le but :

  • de lancer cette alerte dans le public
  • d’engager les citoyens à aider les élus des communes rurales à passer un cap qui s’annonce difficile pour elles en tant que structure et pour leur population.
  • de diffuser les exemples de communes ayant mises en œuvre des solutions d’autonomie « de guerre » et de résilience à plus long terme.

Nous sommes conscients de la nécessité d’apporter sur ce site les solutions simples à mettre en œuvre dans chaque commune, équipement ou organisation,  permettant de passer le cap d’une éventuelle période difficile, voire d’un effondrement des structures économiques.

https://www.pacte-transition.org/

> Une initiative nationale regroupant 50 ONG a permis d’élaborer le Pacte pour la transition, qui est un cadre composé de 32 mesures précises sur lesquelles s’appuyer pour établir un plan de transition municipal ou pour proposer ces mesures aux candidats. Chacun peut adapter ce pacte à sa commune. https://www.pacte-transition.org/ . Un projet d’adaptation local (05300) a été évoqué, des informations peuvent être demandées sur projetpacte05300@gmail.com.

vivre la poésie

« Soupes et bobines »

vous propose une soirée sans bobines

Vendredi 6 Décembre à 19h

Eyguians-Garde Colombe, salle polyvalente

« Vivre la poésie »

avec Nicolas GEY

autour de son livre:« Bouquet final »

Une petite soirée « vivre la poésie !»

« Soupes et bobines » vous invite à une lecture spectacle du jeune poète Nicolas GEY autour de son recueil « Bouquet final ».

Venez découvrir une poésie surprenante, décalée, critique, humoristique,

parfois dérangeante, souvent ironique….et d’une imagination débordante !

Venez échanger avec l’auteur autour des questions « Pourquoi la poésie aujourd’hui ? » « Quelle place pour la poésie dans notre monde ? » …Et toute autre question que vous aurez envie de lui poser !

Nicolas GEY :

38 ans, peintre, poète, chanteur, agriculteur et tailleur de pierre.

Il a publié des poèmes dans les revues Triages (éd. Tarabuste), L’Inventaire (éd. La lenteur), L’Atelier du roman (éd. Buchet-Chastel) et Réfractions et un livre sur les noms des animaux en arpitan : Los noms de les bétyes en arpitan (éd. Arpitania, 2015).

Voici deux liens où l’on peut voir ses peintures : 

    Les Variations sur le thème de mon père (2003-2014)

    Quelques toiles de la série EXIT publiées récemment dans La gazette de Nicole n°21 : 

https://www.yumpu.com/fr/document/view/62903523/la-gazette-de-nicole-021

Participation libreOrganisé par le collectif « soupes et bobines », ipns, 2019

Contact : soupesetbobines@orange.fr ;

Pour consulter nos archives et vous inscrire à la liste de diffusion : https://soupesetbobinesblog.wordpress.com/  

Produire et manger bio et local : ça urge !

compte-rendu de la soirée

Soirée « soupes et bobines »

Vendredi 22 novembre

à EYGUIANS- Garde Colombe

18h30, salle polyvalente

Produire et manger bio et local : ça urge !

Vers l’autonomie alimentaire dans le Buech : Pourquoi? Comment?

18h30 : Présentation de la soirée et film (17mn)

18h45 : témoignage par la communauté de commune du val de Drome du projet « Biovallée 2040 » et échanges

20h00 : Brèves du Buech et soupes

20h45 : Présentation des porteurs de projet du Buech et du travail réalisé par un groupe de chercheurs et de paysans sur la relocalisation alimentaire dans le 05

_______________________________________________________

A propos de la soirée « Produire et manger bio et local : ça urge ! Vers l’autonomie alimentaire dans le Buech : pourquoi, comment ? »

Les citoyens exigent de plus en plus une alimentation saine, « bio », produite localement par une agriculture qui respecte notre « environnement », rompant ainsi avec le modèle agro-industriel mondialisé, y compris lorsqu’il se revendique bio !

Dans le Buëch, de nombreuses initiatives ont vu le jour, portées par des producteurs, des associations, des consommateurs – citoyens… Peuvent-elles avoir suffisamment de force et de cohérence pour peser réellement ? Comment peuvent-elles constituer le ferment d’une transition alimentaire à l’échelon local et déboucher sur un véritable système alimentaire local, « de la fourche à l’assiette »?

Dans cette soirée, nous prolongerons notre première réflexion transversale sur « pourquoi et comment développer l’autonomie, l’entraide et les solidarités dans le Buëch » en développant le sujet de l’autonomie alimentaire territoriale.

Nous débuterons avec le témoignage de la Communauté de communes du Val de Drôme (CCVD) et la projection du film de présentation de leur projet « Biovallée 2040″ (17 mn).

Nous ouvrirons ensuite le débat avec les porteurs de projets, les habitants, et les élus présents : dans le Buëch, où en sommes-nous ? Pourquoi et Comment s’engager vers l’autonomie alimentaire ? Le groupe de recherche action sur l’agoecologie paysannes (GRAAP05) nous présentera son travail sur la relocalisation alimentaire dans le nord du département.

Interviendront pour présenter le projet Biovallée 2040: Serge Krier, Vice Président de la CCVD pour l’Agriculture et l’Alimentation ; Hugues Vernier, responsable du service Agriculture ; Anaïs Sinoir, chargée de mission Alimentation.

Interviendront ensuite pour présenter l’activité du GRAAP05 : Carine Pionetti, chercheuse et Baptiste Vialet, éleveur.


Organisé par le collectif « soupes et bobines »,

Participation libre

Nous écrire:soupesetbobines@orange.fr ;Recevoir nos infos: https://soupesetbobinesblog.wordpress.com/  

la gratuité une utopie concrète

Vendredi  18 octobre  

à EYGUIANS – Garde Colombe

18h30, salle polyvalente

vous êtes invités à la  soirée « soupes et bobines »

La gratuité,

UNE UTOPIE CONCRÈTE

Résultat de recherche d'images pour "gratuité communs"

18h30 : Présentation de la soirée – vidéo

19h00 : conférence de Patrick Le MOAL de la fondation COPERNIC, et débats

20h00 : Brèves du Buech

             Repas partagé, Auberge espagnole

20h45 : Suite des débats et table ronde avec le SEL, la Cie  circulaire, …

 Dans un monde où tout se paie , où la question de l’argent et donc des inégalités est omniprésente,  il est intéressant de se poser la question de la Gratuité de certains biens ou services.

Historiquement la gratuité fut une conquête sociale (éducation libre et gratuite, Sécurité sociale gratuite) avant d’être progressivement déconstruite et suspectée.

Elle interroge de fait l’accès aux droits fondamentaux tels que la santé, la culture, l’eau, l’énergie, les transports locaux,  etc ., et nous amène  à  réfléchir à l’utilisation collective de ressources limitées.

Des alternatives se  développent pour démonétiser des échanges : Sel,  entraide, « participation libre », don, gratiféria,  ressourceries… Des collectivités initient de nouvelles politiques : ex transport public gratuit ( Gap, Aubagne..) obsèques gratuites ( Mouans Sartoux).

Cette soirée propose

–          D’approfondir ce concept de gratuité – moteur de conquête sociale –  et ses champs d’application en précisant que la gratuité n’est pas une utopie visant à gommer magiquement les couts.

–          De retrouver la capacité d’imaginer un autre monde et d’élargir collectivement et démocratiquement  ces espaces de gratuité, en dressant un état des lieux des formes de  gratuité déjà existantes, en construction, et à venir, y compris dans le Buech  ( Eau, énergie, logement social, transports en commun, enseignement, santé, restauration sociale, gratuité culturelle (bibliothèques, musées web),  sécurité (incendies, secours) , services juridiques, services funéraires, toilettes publiques, gratuité du beau…..).

Patrick Le Moal ,  conférencier, porte parole de la fondation COPERNIC* est l’invité de cette soirée..

(*)« Fondée en 1988, la Fondation Copernic travaille à « remettre à l’endroit ce que le libéralisme fait fonctionner à l’envers ». Regroupant des chercheurs et chercheuses, des acteurs et actrices du mouvement social, syndical ou politique, elle vise à déconstruire le discours néolibéral et à élaborer des propositions alternatives.  www.fondation-copernic.org

Participation libre

Organisé par le collectif « soupes et bobines »,

Nous écrire: soupesetbobines@orange.fr

Recevoir nos infos: https://soupesetbobinesblog.wordpress.com/          

DOCUMENTS REFERENCES ET PISTES DE REFLEXION

association 1901